Coke est un bar-brasserie établi à Lille, dans l’ancien siège de la Compagnie des Mines de Lens. Depuis son ouverture en 2015, je n'ai eu cesse d'entendre parler de cette adresse. Il faut dire que l'établissement à la chance d'être bien né puisqu'il est le petit dernier de la famille Galliaerde qui possède déjà le Barbue d’Anvers, le Petit Barbue d’Anvers, le coq Hardi et l'estaminet De Tere Plekke (dans les Flandres). Le Coke est également une adresse dont le chef est un membre actif du collectif Mange, Lille. Tout ceci aide, bien évidement, à faire parler, à faire connaître. Encore faut-il être à la hauteur et, vous le verrez, mon avis est assez mitigé.

brasserie restaurant Coke 17 LE MIAM MIAM BLOG

brasserie restaurant Coke 012 LE MIAM MIAM BLOG

brasserie restaurant Coke 011 LE MIAM MIAM BLOG

Pour fêter un événement en ce début du mois d'octobre, j'ai réservé une table au Coke, par le biais du site Internet. Pratique, le formulaire de réservation propose de laisser un message à l'intention du chef (en cas d'allergie ou d'intolérence). J'en ai profité pour spécifier que vous venions déjeuner à l'occasion d'un anniversaire. J'avais eu cette même démarche pour mon déjeuner d'anniversaire "de nouvelle dizaine" à la Grenouillère et spontanément, on nous avions eu droit à de délicates attentions.

Coke est une brasserie et ça, je l'ai appris mais après y avoir déjeuné. Le rez-de-chaussée accueille un bar branché. Lumière bien pensée, mobilier design et serveur chevelu sont au rendez-vous. Un magistral escalier invite les convives à la salle de restauration au 1er étage du sublime bâtiment. Je note au passage que la moquette est ciglée au nom du restaurant. Arrivé au 1er étage, le temps qu'on nous libère de nos manteaux, je repère le listing des réservations du déjeuner. J'y lis mon nom et dans la case réservée aux observations : rien. Quid de l'anniversaire mentionné ? Quid également des mentions concernant mes restrictions alimentaires ? La salle est à moitié vide. Le serveur nous propose une table au centre (alors que j'avais également précisé en réservant vouloir une table isolée pour des raisons de problèmes d'audition). Nous choisissons donc une autre table et nous installons. La carte nous est rapidement remise.

brasserie restaurant Coke 010 LE MIAM MIAM BLOG

brasserie restaurant Coke 01 LE MIAM MIAM BLOG brasserie restaurant Coke 02 LE MIAM MIAM BLOG

ICONE fleche vers la droite verte

Notre déjeuner...

Nous allions prendre le menu charbon. Le serveur nous précise qu'il n'est disponible que le soir (aucune mention sur la carte). Nous choisissons donc de déjeuner à la carte.

brasserie restaurant Coke 003 LE MIAM MIAM BLOG

Apéritif : Champagne
Qui dit anniversaire, dit très bonne occasion de boire des bulles ! Quand le serveur nous a demandé si nous souhaitions un apéritif, nous lui avons réclamé du Champagne et il s'est aussitôt éclipsé pour revenir nous servir une coupe sans se renseigner si nous préférions du brut, de l'extra-brut ou même du rosé.
Ce que nous avons aimé :
- l'atmosphère feutrée
- la rapidité du service
Ce que nous n'avons pas aimé :
- la rapidité du service au détriment de se s'enquêrir d'avantage des préférences des clients
- l'absence d'un amuse-bouche pour accompagner notre coup de champagne (pas même quelques olives) alors que toutes les tables alentours m'ont semblées profiter, elles, d'un amuse-bouche. Oubli de la part du serveur ou méprise de ma part ? Vu le prix de la coup de Champagne, vu le cadre du restaurant, je pense que n'importe qui peut s'attendre à profiter d'au moins un amuse-bouche à l'apéritif.

brasserie restaurant Coke 004a LE MIAM MIAM BLOG brasserie restaurant Coke 004b LE MIAM MIAM BLOG

Entrée : foie gras, châtaigne, citron
Il s'agit d'une très grande et belle assiette où se confronte 3 ravioles chaudes boursouflées (donc probablement mal "fermées") mais malgré tout peu garnies d'une farce ayant le goût de foie gras et la texture de châtaigne, le tout enrobé d'une émulsion châtaigne/citron. Cette entrée n'est pas évidente à vous décrire plus précisément. La portion était petite que j'y ai à peine goûtée, voulant laisser l'assiette complète à Monsieur. Pour autant, c'était une véritable explosions de saveurs. Et encore heureux car c'est une entrée à 18 euros soit 6 euros le ravioli. Certes il y a dans cette assiette de beaux produits, de la recherche et du travail mais je pense que c'est très cher (mais sûrement un peu justifié ?).
Ce qu'il a aimé :
- le nombre de saveurs et l'accord parfait entre elles
Ce qu'il n'a pas aimé :
- le rapport quantité/prix

brasserie restaurant Coke 005a LE MIAM MIAM BLOG brasserie restaurant Coke 005b LE MIAM MIAM BLOG

Plat : volaille, écrevisse
Monsieur ne m'a pas proposé de goûter son plat. Je vous confie donc son avis. L'assiette est bien garnie et impose de la gourmandise. Mais c'est le poivron entier qui donne du volume. Enlevez le poivron (qui n'a même pas été mondé !), les tomates cerises (on repassera là-aussi pour la saisonnalité) et les crevettes, on cherche encore après les écrevisses. Pour autant, le goût y était puisque Monsieur a fini son assiette sans se faire prier. Quand je lui ai demandé son avis, il m'a simplement répondu "ouais, c'était bon", ce qui veut tout dire : c'était juste bon mais pas dingue. Juste bon donc ne justifiant en rien les 28 euros réclamés.
Ce qu'il a aimé :
- l'esthétique
- la cuisson
- le goût de l'ensemble de l'assiette
Ce qu'il n'a pas aimé :
- la négligence de la saisonnalité
- le poivron énorme et non mondé
- l'apparente absence des écrevisses

brasserie restaurant Coke 006a LE MIAM MIAM BLOG brasserie restaurant Coke 006b LE MIAM MIAM BLOG

Mon plat : Ris de veau, céleri, champignon
Je ne mange quasiment plus de viande mais au restaurant, je ne sais pas résister au ris de veau. Quand j'ai vu ce plat à la carte, je me suis arrêtée de la lire et je l'ai choisi illico. À la commande, on ne m'a pas demandé quelle cuisson je souhaitais ; j'en ai donc conclu qu'on allait me le servir comme il est de tradition de le déguster : légèrement rosé.
Ce que j'ai aimé :
- la taille de la pièce de ris, généreuse
- la qualité du ris très fondant, parfaitement dénervé
- la sauce
- le délicat millefeuille de céleri très justement cuit en fond d'assiette.
Ce que je n'ai pas aimé :
- la cuisson du ris arbitrairement servi bien cuit
- la cuisson des champignons servis pour certains trop cuits donc caoutchouteux en bouche
- le jaune d'oeuf mal confit moche (à la limite d'être un simple oeuf dur), inutile à l'harmonie des saveurs et sans doute là juste pour apporter une touche de couleur
- les 35 euros que coûte ce plat ! J'y reviendrai en conclusion.

brasserie restaurant Coke 007 LE MIAM MIAM BLOG

Dessert : assiette de fromage du Nord
Monsieur n'étant pas dessert, il s'est laissé tenté par le fromage. Et je ne l'ai pas poussé à prendre un dessert, préférant faire confiance à un affineur extérieur plutôt qu'au pâtissier maison, tenant compte de notre légère déception pour la partie cuisine jusque là. Au final, pas de surprise pour l'assiette de fromage où Monsieur à entre autres eu du Maroilles pas mauvais mais franchement quelconque (gros doute qu'il ne s'agisse pas d'un Maroilles Fauquet acheté en supérette),
d'un sablé de Wissant (celui-ci, affiné, délicieux), d'un dôme de Boulogne...
Ce qu'il a aimé :
- le nombre de morceaux de fromage
- l'affinage du Sablé de Wissant
Ce qu'il a moins aimé :
- l'absence d'originalité. J'achete tout ces fromages chaque semaine ou presque car on les trouve partout dans notre région, en supérette. À 12 euros l'assiette de fromage, on aurait pu espérer découvrir des fromages régionaux plus rares, mieux sourcés comme du pavé fermier à l'échalote d'Avesnes-sur-Helpe, du Vaucelles de l'abbaye du même nom dans le Cambraisis, du Cœur de Pommeau de Campigneulles-les-Grandes du côté de Montrueil, du Bleu de la Côte d'Opale... Il en existe tellement, quel dommage de proposer en restauration des fromages accessibles à tous les touristes au lieu de proposer des fromages moins courant.
- vu le raffinement des lieux, j'avais espérer que Monsieur profite d'une nouvelle corbeille de pain spéciaux pour accompagner le fromage et non les mini-pain dont on a disposé tout au long du repas.

Fin de repas : thé
Pour conclure ce déjeuner, Monsieur s'est laissé tenté par une tasse de thé. Il faut dire que nous avions noté que la carte des boissons proposait un petit panel de thé Mariages. Quand le serveur nous a demandé si nous allions prendre un café, Monsieur a commandé un thé (Mariages donc). Nous avons attendu que le serveur nous rapporte la carte afin de faire un choix. J'allais moi aussi, sûrement, me laisser tenter ; mais au lieu de ça, il a rapporté une théière individuelle ciglée Illy avec un sachet sans désignation ni marque qui flottait au milieu. Voilà. Une eau bouillante et un sachet de thé. Pas de carte. Pas de choix. Pas de présentation. Rien. Nous qui aimons réellement beaucoup le thé, qui sommes des amateurs un tant soit peu avertis, moi qui prend toujours soin de faire chauffer l'eau à la bonne température et d'infuser le temps juste nécessaire mon thé ; vous pouvez imagine à quel point nous avons été surpris et déçu. J'ai donc rappelé le serveur et lui ai demandé interloqué de quel thé il s'agissait. "Quand on me précise pas, je mets du thé vert". Pardon ? Mais peut-être que pour vous préciser quoique ce soit, il faudrait présenter la carte ou, tout au moins, demander si on préfère le thé noir, vert, blanc, le rooibos, une infusion ? Dingue ! Monsieur a donc eu droit à "un thé vert" servi dans une eau bouillante (sachant qu'un bon thé vert se déguste dans une eau entre 75 et 80°) pour 4,80 euros. L'additon nous apprendra que c'était un Mariages. Une chance que Monsieur aime le thé vert et est moins à cheval sur la juste préparation d'une bonne tasse de thé. Si cela m'avait été servi, j'aurai fait renvoyer le tout, réclamé la carte pour choisir ce que je veux boire et non qu'on m'impose une eau chaude infusée d'un thé sans origine ni même sans marque.
Ce qu'il a aimé :
- avoir une mini-théière lui permettant de se servir 2 grandes tasses
Ce que je n'ai pas aimé :
- le flegme du serveur qui semblait vouloir abréger notre présence en nous servant le 1er thé venu sans nous demander notre avis
- l'eau beaucoup trop chaude, le thé trop infusé
- le raffinement qui en prend un coup avec des articles ciglé comme le sucre La Perruche (enveloppé individuellement, bonjour la conscience écolo) et la tasse Illy
- l'absence de mignardise

brasserie restaurant Coke 013 LE MIAM MIAM BLOG brasserie restaurant Coke 014 LE MIAM MIAM BLOG

ICONE coche verte

Notre avis sur le Coke

Si vous avez lu le descriptif ci-dessus de notre déjeuner au Coke, vous aurez compris sans mal que nous avons été globalement déçu par ce repas, encore d'avatage du fait que nous venions y fêter un anniversaire. J'espérer offrir ce déjeuner à Monsieur et qu'il en garde le souvenir comme LE déjeuner de son anniversaire. Ça ne sera pas le cas.
Le Coke est un sublime établissement. Si vous n'êtes pas au courant, en amont, que vous n'allez manger dans une "brasserie chic", vous pouvez sans peine croire que vous êtes dans un restaurant 1 étoile... Et j'avoue avoir cru que Coke était un restaurant gastronomique, me fiant bêtement aux louanges de certaines influenceuses. Cela m'apprendra à faire confiance à des personnes qui adulent Burger King (à mon goût, la pire m**de au monde en terme de fast food) et n'hésite pas à se poser en expert food à partir du moment où elles sont dédommagées pour vanter une jolie brasserie qui n'a rien d'une table étoilée comme elles le suggèrent. Oui, je suis un peu en colère. Bref. Avant de réserver une table sur la suggestion d'une blogueuse ou d'une instragrameuse, compulsez ses références et rencardez-vous sur ces goûts pour être que vos goûts et les siens sont sur la même longueur d'onde, pour être sûre qu'elle n'est pas rémunérée pour dire du bien mais n'y connaît absolument rien. Oui, je suis agacée. Car non, Coke est loin d'être un restaurant gastronomique, ni même une brasserie. C'est un restaurant branché où l'on mange plutôt bien dans un lieu de standing.

Ce que nous avons aimé :
- le lieu
- la décoration
- l'intimité malgré les très hauts plafonds. Nous avons pu mener une conversation sans gêner ni être gêné
- l'esthétique des assiettes servies
- la cuisine de bons goûts, les saveurs
- les associations de saveurs audacieuses qui matchent parfaitement
- les jus, les émulsions et les sauces

Ce que nous n'avons pas aimé :
- la non prise en compte des mentions que j'avais pris le temps de préciser lorsque j'ai fait ma réservation via Internet. C'est limite honteux. Je suis triste d'imaginer la même situation pour une personne handicapée ou souffrante qui se retrouverait ainsi contrainte d'aller déjeuner ailleurs
- le flegme du service (dans le style bobo désinvolte). Et justement, en fin de service, le serveur débarassait la table à côté de la notre et remettait le couvert pour le service du soir. Déjà, ce n'est pas agréable de "subir" ça, ça donne clairement la sensation qu'on traîne un peu trop. Et d'autre part, le serveur a envoyé valser un morceau de pain entamé sur la banquette à 50 cm de moi ; morceau qui est resté là jusqu'à ? Sans doute jusqu'au service du soir !
- le parti pris du serveur de choisir pour nous champagne, vin, thé sans nous proposer aucune option ni nous demander si cela nous convient que ce soit avant, pendant ou après dégustation. Avec le recul, je sais que si le serveur avait était plus à l'écoute, plus disposé à nous présenter les plats et à aiguiller nos choix, mon avis sur Coke aurait été radicalement plus élogieux. 
- les intitulés de plat qui se résument à 2 ou 3 nom communs (un classique de beaucoup de restaurants de nos jours) mais sans explication supplémentaire au moment du service
- certaines cuissons arbitraires, tout comme le thé vert servi limite bouillonnant
- l'absence d'amuse-bouche avec le champagne, de beurre avec le pain, d'une salière et d'un poivrier tout au long du repas, d'un pain spécial avec le fromage, de mignardise avec le thé (ne serait-ce qu'une mignonnette de chocolat)
- le sponsoring (le sucre La Perruche, la tasse Illy)
- le rapport qualité/prix !

Est-ce que je vous recommande de tester la brasserie Coke ?

POUCE haut vert 30Oui si vous y aller sans perdre d'esprit que c'est bel et bien une resto élégant du Vieux Lille. Sous-entendu, soyez conscient que les apparences comptent énormément. On va vous servir du beau sans trop vous dire exactement de quoi il s'agit. Vous allez trouver ça bon "et trop classe". Cela va vous coûter le tarif Vieux Lille donc cher. Je vous prie de m'excuser si vous êtes résident du Vieux Lille mais, pour moi, Coke est un peu le restaurant emblématique de l'esprit Vieux Lille : certaines valeurs, du bon goût, beaucoup d'apparences à la limite du bling-bling, le principe étant de se démarquer des (vraies) brasseries établies et d'appartenir à cette ville dans la ville qu'est le Vieux Lille.

POUCE bas rouge 30Et non, malheureusement je vous ne recommande pas d'aller tester Coke si vous cherchez un repas gastronomique pour fêter une événement comme tel était notre cas. Je ne vous recommande pas, non plus, d'aller déjeuner au Coke si vous cherchez une brasserie ou l'on sert de l'onglet de boeuf aux échalotes, du céleri rémoulade, du tartare au couteau, de la carbonnade flamande, de la terrine de jambon persillée ou même une crêpe suzette.
Si vous cherchez une vraie brasserie digne de ce nom, et si en plus vous êtes amateur de ris de veau, réservez plutôt une table à l'Alcide qui se trouve dans la rue piétonne Debris St Etienne, à l'entrée du Vieux Lille côté Grand'Place. Là-bas, on vous sert un ris de veau tellement énorme qu'il faut vraiment être à 2 dessus pour le manger en entier. Vraiment vraiment. On vous demandera si la cuisson rosée vous convient. Et cela vous coûtera 23 euros seulement (l'assiette de ris de veau que vous arriverez à finir à 2).


Conclusion...

J'ai donc un avis non pas négatif mais mitigé sur Coke. J'espérais déjeuner dans un beau restaurant. Je me suis retrouvée dans un sublime établissement qui sert des plats intéressants pas du tout brasserie, ni franchement gastro, mais avec un rapport qualité/prix inconvenant. Du coup, je reste sur ma fin (et ma faim aussi) et cette sortie au restaurant pour l'anniversaire de Monsieur a un petit goût de loupé même si -et j'insiste- ce que nous avons mangé était globalement original et bon.

brasserie restaurant Coke 16 LE MIAM MIAM BLOG

brasserie restaurant Coke 15 LE MIAM MIAM BLOG

brasserie restaurant Coke 008 LE MIAM MIAM BLOG

Cet article n'est pas sponsorié. J'ai réservé notre table à mon nom de famille, sans mentionner mon blog. J'ai payé l'addition dans ces mêmes conditions. Mon avis est totalement personnel. Il n'engage que moi et nos goûts ; il est construit en fonction de notre expérience en tant que client de restaurant. Il se peut donc que vous ne soyez peu ou pas d'accord avec cet avis. Je vous encourage donc à tester Coke pour vous forger votre propre opinion.